Accueil

Location saisonnière, pour vos vacances au calme, à Sanary sur Mer

Pour accéder à la présentation de la location CLIQUEZ ICI

Pour visualiser les photos du site CLIQUEZ ICI

Pour voir les vidéo du site CLIQUEZ ICI

Sanary, ville de charme

Sanary sur Mer, authentique port de pêche, situé au cœur de la Provence, entre Marseille et Toulon, vous accueille en été comme en hiver avec ses traditions provençales et sa douceur de vivre. Flânez dans ses rues piétonnes et découvrez ses charmes : mosaïque des façades de couleur baignées de soleil, chaleur et accueil des commerces locaux, placettes ombragées hors du temps et rafraîchies de l’eau d’une fontaine…et jamais bien loin, le port aux odeurs salines, où barques et « pointus » s’abritent du Mistral. Sur les quais comme dans les ruelles les terrasses des cafés vous invitent, promeneur fatigué, au farniente.

Pays de nature

Ville de lumières et de contrastes, Sanary sur Mer offre une extraordinaire variété de paysages aux couleurs vives, du bleu de la mer au pourpre des falaises. Les plages naturelles de sable ou les galets sont une invitation à la poésie sous l’azur. Les garrigues aux mille senteurs, les collines sauvages de l’arrière pays, les vergers où se côtoient les vignes de l’AOC Bandol et les oliviers centenaires sont autant d’invités à l’humeur provençale.

Chaleur et accueil

Sanary sur Mer a su allier les charmes du village aux commodités de la ville. Vous y trouverez tous les services et commerces nécessaires à votre confort. Un large éventail d’hébergements de qualité, répond à votre attente : hôtels, résidences de tourisme, centres de vacances, meublés saisonniers, chambres d’hôtes, gîtes, maisons familiales et campings.En partance de Sanary sur Mer, des lignes d’autocars vous transportent pour de courts séjours à la découverte des paysages et des richesses culturelles méridionales.

Patrimoine, Histoire, Racine…

Vos pas vous conduiront à Notre-Dame de Pitié, à la chapelle des pénitents Blancs (XVI ème s), à la prud’homie des pêcheurs ou encore sous la voûte de la Mais on Flotte, autrefois abri des « Pointus ».

A proximité de la mer, les jardins de la ville et l’ancien lavoir seront un havre pour les parents et une aire de jeux pour les enfants.

Sanary en fête

L’année est rythmée par des fêtes issues des traditions et coutumes de Provence : fête de la lavande, fête des pêcheurs, le jour de la Saint-Pierre, fête du Nom…Sanary s’érige pour quelques jours en capitale des fleurs au moment des Floralies. Fleurs et compositions florales installées partout dans la cité séduisent des milliers de visiteurs.

Les soirs d’été, le port devient lieu d’animation, sur les quais avec son marché artisanal, ses concerts, bals et spectacles de rues ou sur l’eau lors des fameuses joutes provençales (targaïres). Outre cette vie estivale, la culture vibre d’octobre à mai avec la force et le charme du théâtre Georges Galli.

Plusieurs salles d’exposition, accueillent toute l’année peintres et sculpteurs dans la tradition d’une ville, qui fut un refuge pour de nombreux artistes exilés d’Allemagne, et d’Autriche avant la Première Guerre Mondiale.

Sanary à travers les siècles

C’est le chemin de fer qui a transformé le petit bourg de Saint-Nazaire, alors voué à la culture et à la pêche en une station balnéaire où le passé surgit encore au détour de plus d’une rue.

Un illustre témoin en est la tour carrée dit « romane », construite au 13ème   siècle pour surveiller   la mer et défendre ses habitants/ Elle abrite aujourd’hui une des plus belles collections retraçant l’histoire héroïque de la plongée sous marine.

Deux fontaines, l’une dédiée à la Marine, l’autre à l’Agriculture, ornent le port de part et d’autre.

On a retrouvé des traces d’occupation grecque et romaine, notamment à Portissol. Au xiie siècle existait sur le site du port actuel un prieuré, dépendant de l’abbaye Saint-Victor à Marseille et dédié à saint Nazaire. À la fin du xiiie siècle, on construisit l’édifice actuellement connu sous le nom de « Tour Romane », qui servait de tour de guet. En 1524 et 1536, elle fut attaquée par des galères espagnoles.

Relevant à l’origine du territoire d’Ollioules, le seigneur y créa au début du xvie siècle un hameau sous le nom de « Sanct Nazari », en autorisant quelques familles à s’établir près d’une ancienne tour médiévale encore visible. C’est vers le milieu du même siècle que le port fut construit pour offrir un débouché au commerce ollioulais ; il fut creusé pour permettre le mouillage des navires. Ce n’est qu’en 1688, au terme de longues procédures, que Saint-Nazaire obtint de Louis XIV sa séparation d’avec Ollioules.

Peu avant la Révolution française, l’agitation monte. Outre les problèmes fiscaux présents depuis plusieurs années, la récolte de 1788 avait été mauvaise et l’hiver 1788-89 très froid. L’élection des États généraux de 1789 avait été préparée par celles des États de Provence de 1788 et de janvier 1789, ce qui avait contribué à faire ressortir les oppositions politiques de classe et à provoquer une certaine agitation. C’est au moment de la rédaction des cahiers de doléances, fin mars, qu’une vague insurrectionnelle secoue la Provence. Une émeute se produit à Saint-Nazaire les 24 et 25 mars.

Des paysans et des pauvres protestent contre la cherté des grains. Le piquet est sacrifié pour apaiser les émeutiers. Dans un premier temps, la réaction consiste dans le rassemblement d’effectifs de la maréchaussée sur place. Puis des poursuites judiciaires sont diligentées, mais n’aboutissent pas, la prise de la Bastille comme les troubles de la Grande peur provoquant, par mesure d’apaisement, une amnistie début août.

Le 12 novembre 1890, Saint-Nazaire prit officiellement le nom de Sanary.

Durant l’entre-deux-guerres, après la captation du pouvoir en Allemagne par les nazis en 1933, la commune devient le lieu d’exil de nombreux intellectuels allemands et autrichiens, fuyant le nazisme.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est à Sanary-sur-Mer que se cachait aux nazis celui qui était destiné à devenir par la suite le célèbre océanographe et inventeur Jacques-Yves Cousteau. Là, dans sa villa « Le Baobab», le savant tenait à l’abri des convoitises des occupants l’appareil respiratoire en eau profonde qu’il avait créé. En 1943, avec Philippe Tailliez, il entreprit sur la commune voisine de Bandol les premières tentatives d’immersion en eau profonde.

Le 13 novembre 1942, Sanary-sur-Mer est occupée par l’armée allemande, qui envahit la zone libre. En juin 1944, les Allemands détruisent des villas et des hôtels pour dégager des zones de tir, en vue d’un débarquement. Des bombardements alliés aggravent les dommages. En 1948, la ville, qui avait payé un « lourd tribut de sang et de destructions », reçoit le 11 novembre 1948 la Croix de guerre 1939-1945.

La ville connaît une forte croissance sur le plan touristique depuis les années 1980-1990. Sanary s’affirme comme un lieu agréable, calme et prisé dans l’Ouest Var, tout en refusant toujours son rapprochement avec la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée mais en acceptant tout de même une indispensable collaboration intercommunale sous forme d’un Sivu auprès de la commune de Bandol.

Elle a toutefois adhéré à la communauté de communes Sud Sainte Baume en 2014, avec sa voisine, permettant à l’ensemble intercommunal de se transformer en communauté d’agglomération si les communes membres souhaitent. La commune est par ailleurs membre du Schéma de cohérence territoriale Provence-Méditerranée, ainsi que du territoire du Var éponyme, dont le siège est à Toulon.

Sanary, côté mer

Nichée entre mer et montagne, Sanary et ses deux voisins Bandol et Six-Fours (stations voiles), proposent de nombreuses activités sportives et de plein-air : voile et plongée sous-marine, tennis, escalade et randonnées, équitation sans oublier les plaisirs de la plage et des bains de mer. Du port, les amateurs de sensations fortes pourront s’aventurer en haute mer pour des courses journalière de pêche « au gros ».

Les plus paisibles laisseront filer la ligne depuis la jetée ou bien partiront visiter les îles des Embiez, l’ile de Bendor, les calanques de Cassis ou la rade de Toulon à bord de bateaux promenades. Vous cheminerez entre terre et mer sur le sentier du littoral (parcours semi-sportif) reliant le port à la plage Dorée.